Alchimie Cellulaire Tome 1

18,30

Catégorie : ISBN : 2-912677-15-7Date de parution : 26/04/1997Nombre de pages : 194

Thérapie du Troisième Millénaire

Un livre pour la guérison de la matière, celle de l’homme, de la planète, abordée d’une façon globale. Des trésors d’informations pour les amoureux de la terre, du mystère, de l’authenticité, de la biologie.

Ce livre nous concerne tous, thérapeutes et consultants.

Myriam accomplit depuis plusieurs années un travail d’exploration cellulaire consciente. Véritable pionnier dans la transmutation de la matière, elle partage aujourd’hui le fruit de ses recherches à travers cours et séminaires.

Table des Matières :

  • Corps global
  • La lumière : Révélateur
  • Les interdépendances
  • L’inconscient
  • Mémoire cellulaire
  • L’alchimie
  • Un travail de conscience pour la paix sur la Terre
  • Le corps conscient ou la formation d’une autre matière

Extraits

Extrait 1

Beaucoup d’entre nous travaillons en ce moment sur la déprogrammation génétique. Les hommes changent de repères, pour perdre leur attachement aux vieilles images. Au moment où nous pourrions commencer à émerger de l’imprégnation génétique, nous tombons dans l’mage de synthèse, de nouvelles impressions, une autre matrice à traverser, créant un manteau qui nous parasite comme la matrice. Action d’autant plus efficace qu’elle agit sur des individus en états de tension ou d’immaturité les fragilisant encore plus. Les sens en éveil pour nous frayer un chemin dans les jeux vidéo, nous ouvrons grand les portes de notre corps pour accueillir d’autres impressions illusoires, virtuelles VIR-tu-Elle, qui influencent notre cerveau et nos cellules. Notre société génère des flots d’images révoltantes, violentes, nécrosantes pour la qualité de l’Unité et de l’Amour. Ces nouvelles influences remplacent celles de la maman, éphémère effet-mère, produisant une inscription subliminale cellulaire qui interfère sur notre programme intérieur. Ces manipulations d’images épuisent l’âme en se nourrissant de sa Lumière. Ces luttes d’énergie affaiblissent les champs de cohérence et le programme de l’Être. La machine essaie de nous broyer, créant un empire imaginal qui se superpose à la Réalité, formant des filtres, de nouvelles carapaces. L’amour robotique se développe et perd son âme, le vivant.

Extrait 2

« La terre est un espace parmi d’autres. Nous, Esprits purs, vivons dans ces autres espaces intemporels. Notre corps n’a pas la même structure. Il est sensible aux yeux de l’homme. C’est le corps des êtres parfaits. Le corps de l’homme, sa matière physique, n’a pas d’existence en soi, c’est du vide, une forme que l’on peut remplir, ou ne pas remplir. Pour nous, le forme de l’homme n’existe pas, seule l’essence, l’Esprit, ce qui vient de Lui existe. Cela est Lumière, Vivant issu du Vivant. Il y a une souffrance inhérente à la matière de l’homme, celle d’être coupé de l’Amour Divin. Cette souffrance-là anoblit, elle ne peut être que graciée. Nous venons répondre à l’appel de l’homme qui a perdu son origine. Nous venons le libérer de cette souffrance inscrite dans la matière, en le ramenant à la cellule originelle. Quand l’homme aura transcendé cette matière, le même plan, l’unité de conscience de retour, s’exprimera en tous, à travers la diversité.

Puisque le plus grand se cache dans le plus petit, le plus petit est caché dans le plus grand, mais il existe une dissonance, une différence de taux vibratoire, entre les particules de l’homme et les nôtres. Si le monde de l’Esprit pur n’entre pas dans cette matière avec la conscience, celle-ci ne peut être sauvée, transfigurée.

Par rapport au monde de la terre et à sa vibration, le monde de l’Esprit est la vibration pure, le son pur, blanc, parfait, qui contient tous les sons. Ce son pur engendre un corps cristallin qui possède sa conscience, son intelligence propre. La matière actuelle de l’homme est une imperfection de l’autre. Nous ne voulons pas tuer la matière pour en faire de l’anti-matière, mais l’aiguiser dans sa sonorité, l’affiner, transmuter sa structure, en faire une matière éclairée.

Si nous entrons directement dans l’homme, sans que celui-ci ouvre ses portes, nous faisons de l’anti-matière, le corps de lumière ayant des particules trop rapides par rapport à celles de l’homme actuel, non relié.

Une autre chair, consciente, doit naître avec une sonorité d’Amour revenu à son origine au son pur !

Extrait 3

Dans chaque trame de la matière, qui a sa vibration et sa structure propre, avec ses lois, l’humains doit repasser des pactes avec le Ciel et la Terre, des alliances. Il porte en lui des chocs profonds de la terre avec laquelle il fait corps. Sa génétique est inscrite en lui, l’histoire de la terre aussi. Il s’agit là dune génétique archétypale, héritage ancestral transmis à l’humain qui porte la déviation originelle, celle de la séparation et du non-respect de la vie, dans ce qu’elle a de cosmique et d’universel. Nous venons les réparer. Tant que l’homme ne retrouve pas le sens sacré de la terre, il prend le corps de la femme sans conscience. La terre est pillée, la femme perd son identité sacrée. Nous sommes des tabernacles, d’anciens temples perdus. Il ne peut y avoir de paix sans partage véritable entre homme et femme. La terre est en deuil de l’Amour divin, de la femme essentielle, de la déesse-mère perdue au plus profond de nous, cela engendre une grande nostalgie, nous avons perdu la paix sur la terre. Elle ne peut s’établir sans le retour de la femme sacrée.

Extrait 4

Le cerveau pense, les cellules reçoivent et émettent. Elles n’ont pas un fonctionnement mental, elles communiquent par énergie et vibration. La cellule parle à la cellule par des ondes, dans un langage inaudible à l’oreille extérieure qui traverse l’espace et les âges… Son mode de communication est inter dimensionnel, elle perçoit par essence même, les mondes supérieurs et des rayons supraluminiques formés en réseaux, et capte les informations de la Lumière par le moyen du sang. Ainsi lorsque les humains se coupent de l’intelligence cellulaire, ils se coupent aussi de l’unité dans la matière, de la relation entre macrocosme et microcosme.

Le berceau de la cellule n’est pas le ventre de la maman, c’est l’univers.

La cellule contient toutes les qualités pour percevoir l’universalité, le Tout. Coupée de l’intelligence de l’univers, elle devient « folle », comme autiste, une sorte de schizoïdie s’installe en elle. C’est pourquoi il est bon de remettre le placenta dans la terre, à la naissance du bébé, afin d’inscrire par un acte conscient ce lien avec la terre et d’en garder la conscience des univers ici-bas. Si la cellule est coupée de cette intelligence, nous perdons du même coup cette capacité de voyager à l’intérieur des « matrices », dans les eaux de l’inconscient et du ciel. Nous n’avons plus accès à l’intelligence de l’univers en nous limitant à une dimension personnelle qui nous coupe de ce langage. Bien souvent, le cerveau et son fonctionnement duel se prennent pour la totalité. Ils bloquent ainsi toutes les facultés du corps et ses merveilleuses capacités d’approche globale.

En réalité, nous ne sommes pas inconscients dans le ventre de la mère. Tout est conscient dans la cellule. L’eau permet les échanges et véhicule nombre d’informations. C’est seulement parce que nous nous coupons de l’univers de la cellule que nous devenons inconscients.

Faire défiler vers le haut