Stage d’été

Date : du dimanche 28 Juil au dimanche 4 Août 2019

Lieu : La Redonne (13390 AURIOL)


Ce voyage a eu lieu avec le Dr C. durant un retour vers « les défunts». 

Merci à l’ « Un-i-vers », à la lumière pour ces cadeaux vécus et reçus.

Durant cette préparation à l’hypnose, ce fut très facile et agréable pour moi d’entrer dans cet état… et sans vous attendre… je ne sais comment, rapidement, je pars attirée vers un point de l’espace puis je me sens si petite… plus rien… et deviens l’univers en mouvement. D’énormes rochers circulent à une allure incroyable devant ou dedans – il ne semble pas y avoir de différence – puis je reviens suivre votre voix. Ah… il faut revenir…

Nous avançons dans les différentes couleurs des chakras puis nous arrivons à la couleur blanc et or et vous demandez de sentir que l’on sort du corps avec la corde d’argent qui se déroule, en effet. Et c’est en dansant qu’il me faut de nouveau m’élever, à vive allure, rentrer dans un espace de nuage blanc. Je fonce, attirée par une force…

Tout de suite, émerge de ce nuage blanc mon frère (parti il y a quelques années) qui m’accueille dans une joie incroyable. Il a rajeuni, on dirait un jeune enfant, il a l’air si heureux. Il me dit que « c’est super » ce que je fais, etc.

Puis une très « grande dame (d’âme)» du yoga, avec qui nous avons toutes deux reconnu l’Amour Christique, entre nous s’impose, noble, silencieuse, belle. Il y a du rose autour d’Elle ; elle me dit des choses très très belles, que je n’ose pas répéter. Nulle forme n’apparaît durant ce « pas-sage » mais des Êtres se reconnaissent avec chacun leurs caractéristiques, il n’y a que des présences. Puis un ancien amoureux me fait un baisemain et nous partageons une belle relation d’âme.

O., une grande amie, court vers moi dans une grande joie. Elle me dit aussi de très belles choses : tu es notre fée et tu es ma mère… etc…

J’attends de voir ma maman partie il y a plus de 10 ans, elle arrive finalement. Elle me demande de lui pardonner et elle s’excuse de ne pas avoir pu m’accueillir. Elle me dit « tu t’es détachée des images avant nous, tu n’es pas comme nous, tu as évolué plus vite ». Elle est bonne et tellement dévouée. Pourtant quelque chose dans l’âme n’a pas pu s’éveiller. Toute sa famille arrive, il y a beaucoup de respect et de bonté… et le grand-père paternel est très heureux de me voir… mais où est mon papa ? Et j’entends : « il est déjà revenu sur terre, il a fait son travail » (on ne me dit pas dans qui il est revenu)… la grand-mère paternelle qui est en retrait… elle me dit qu’elle n’a pas fait tout ce qu’elle aurait dû et s’excuse. 

Ça continue… et je résume, ça va très vite, je ne m’attarde pas car autre chose m’attire. On m’annonce le départ d’une de mes sœurs, c’est très inattendu.

Il est clair qu’il y a des niveaux d’évolution, d’amour, de conscience différents, même dans ce lieu de « pas-sage » – des états que les défunts doivent traverser pour se guérir, se détacher, s’améliorer, évoluer, s’entraider, s’aimer, se soutenir.

Puis j’appelle mon grand amour : « Oberto, où es-tu ? »

Réponse : « Attends ».

Brusquement, en un temps record, je vois défiler des pans entiers de ma vie, plus  de 50 années se déroulent comme un film, depuis mon enfance.

Et, fait inattendu, des bêtises et des erreurs me reviennent que j’avais complètement oubliées, mais tout cela était avant de rencontrer le Divin et de revenir avec, en 1968, année où toute ma vie a basculé pour devenir une vie de service, de dévouement pour les autres (comme ma maman), de recherche, d’une quête incessante pour la lumière rencontrée (en 68).

À cette époque, je suis propulsée dans un autre champ de conscience, attirée sans cesse par cette grandeur venue me chercher – je désire « en-corps » ÇA – Puis  viennent toutes les épreuves vécues ou les preuves de ma détermination et de ma fiabilité dans cette quête, du grand désir pour cette boule de lumière qui a fait éclater tous les murs, fractalisant le monde des illusions. Et se souvenir de tout ce qu’il a fallu quitter à cause de ça et aussi supporter au milieu des merveilles que je devais cacher. Il fallut quitter ses avantages et toutes les protections sociales pour ne pas éteindre son âme et se renier malgré l’amour humain. Il a fallu accepter de quitter tant de « person-alités » pour accueillir durant ces longues méditations, des divinités qui viennent m’enseigner et me feront quitter tant de fausses valeurs pour choisir définitivement d’en servir d’autres, plus nobles, sur la terre comme au ciel. Vivre tant d’épreuves et pourtant se libérer, se délivrer sans cesse… tout ça repasse… à l’allure de la lumière. Tout ça résumé en quelques secondes, tous les choix à la suite de cette expérience d’un autre espace temps, ici et maintenant…

C’était bien quitter le vieux monde, pour « re-venir » autrement, avec l’autre conscience du Réel dans la Matière. Vivre, dans cette vie, ce que les humains doivent vivre quand ils partent de l’autre côté. C’était donc mourir avant de partir… et donc vivre aussi. Et toujours dépasser ce qui trahit les valeurs essentielles pour vivre la vie dans tous ses états et ses merveilles, cadeaux magiques, qu’on refuse d’oublier… tout cela se déroule et prend un sens… la lumière première servie. C’est l’Ordre qui vous pénètre et ne vous quitte plus… le temps s’est arrêté un moment.

Puis il a fallu encore quitter la structure médicale où il fallait se cacher socialement, être comme tout le monde. C’était si gênant d’exister…!?

Je n’entends plus votre voix qui me revient dans un autre bref instant… vous parlez de voir un paysage… le seul qui vient, c’est la cité de cristal. La nature y est gigantesque, les couleurs et la beauté magiques, les maisons rondes en cristal, les vaisseaux fonctionnent avec la pensée et se dématérialise, la nature ne fait qu’Un et traverse tout, tout est relié. C’est juste comme dans les contes pour enfants sages… et pourtant c’est là, bien vivant.

Je reconnais les grands Êtres et Âmes présentes et leur dit : « mais vous ne m’accueillez pas ? ». La réponse est « mais tu es dans la Cité et dans le monde des hommes en même temps, tu es multidimensionnelle ». Évidemment… puis tout ça est traversé ou me traverse je ne sais plus, ça va très très vite. Je suis de nouveau aimantée par cette force de lumière déjà rencontrée… une boule de nuage blanc, une force incroyable m’aspire. Enfin Oberto m’attend à ce moment-là.

Il m’ouvre les bras… quand je veux l’embrasser, il me traverse, je le traverse, nous fusionnons, nous sommes Un. Ça fait drôle de disparaître, de n’être plus qu’un épais nuage de lumière blanc doré. Puis, nouveau bonheur… la présence du Christ, quoiqu’il n’ait pas de forme visible, il ouvre ses deux mains… dont je devine les deux traces… c’est bien Lui… C’est l’adoration, lumière d’amour, resplendissante, l’impalpable palpable qui me brûle l’âme et tout le corps. 

Il vient vers moi ou je vais vers lui, je ne sais pas… et c’est le choc de ce soir « il se baisse et me fait une croix sur les 2 « je-nous » (genoux) et pose ses mains de lumière sur mes pieds !! Je rêve ?

Suis-je bénie…? les mots me manquent, ils me semblent inutiles ou trop petits pour exprimer l’infini bonheur de cette grandeur…. résumer… « l’In-discible »? Tout fusionne ici, tout est Un… « l’Un-dis-cible »,

Puis la conscience me pousse plus loin, une mémoire, un vécu… je traverse ce sas de lumière, la fin du tunnel. Et là, il y a autre chose, un autre canal de lumière. 

Nouveau choc et prise de conscience précise, en continuant la traversée de boule de lumière divine… pour la première fois je vois d’un autre angle… le Christ (on pourrait aussi dire Bouddha) qui apparaît comme gardien d’une porte interdimensionnelle… des étoiles… je ne sais… mais derrière Lui, un vortex d’une puissance incroyable en mouvement apparaît… Est-ce cela que le Christ appelle le Père ? Il ouvre une porte sur une puissance (d’où Il vient) sans âge au-delà du temps. De ce vortex débouche un autre espace-temps, une autre matière, une autre intelligence de la lumière blanche « en-corps »  et « en-corps »… l’origine.

Ici-bas, mon corps qui brûlait a désormais deux bottes ancrées à partir des « je-nous », genoux jusqu’aux pieds, des bottes de 7 lieues… qui se posent avec des milliers d’étoiles sur la terre et la pénètre…. Je suis dans cette instant Lumière Univers et Terre.

Voilà ce qui vient quand je franchis ce vortex d’une grande puissance, en mouvement ondulatoire, comme l’univers. Je sais que je suis retournée à l’Origine, ce que j’ai vécu déjà plusieurs fois… Est-ce-là le Père ou Melek ou comment le nommer… je ne sais pas … de l’autre côté c’est l’éclatement et l’implosion du dedans, les 2 mouvements inverses, ensemble. J’entends et ça se répète différemment : « il faut leur dire, aux humains, la  mort n’existe pas, cette porte doit être ouverte. C’est le moment d’un changement d’espace-temps pour l’humanité. Il faut qu’ils sachent que c’est le retour de cette puissance qui provoque tant de bouleversements sur terre… Cette dimension de conscience, d’origine, l’éternité est là… plus de visage, de nom, de temps. C’est la Gloire divine ! Depuis 50 ans je le répète : je veux découvrir juste Ta gloire Seigneur. Mais il faut revenir et retraverser la matrice autrement.

Alors les mots reçus au moment de la rencontre de la lumière reviennent : « Tu as compris le but de ta mission ? 

« C’est de te faire très très petite, comme un atome, une particule, afin de traverser l’infiniment petit et te propulser, comme une onde, dans l’infiniment grand.

C’est Ta réalisation…?! »

Tout semble naturel. Un voyage conscient d’une traversée d’états vibratoires, d’états de matière… d’espace-temps vers d’autres, qui se déroulent dans l’univers et sur terre dans le corps : « Ouvrir des portes, en refermer d’autres, en ouvrir toujours… c’est la vie tout simplement, qui pulse et se propage, évolue sans s’arrêter, la vie qui ne meurt pas, seules les appar-rences meurent ». 

… De très très loin, j’entends des bribes de la voix du Dr C. Qui nous a mis sous hypnose. Il faut « re-venir »… avec le cordon, traverser le tunnel, mais il n’y a plus ni « corps-Don » ni tunnel ?? Tout ça s’est dissous dans cet instant sublime d’éternité.

C’est trop dur de revenir maintenant, comment revenir sans cordon. « Tu n’en as plus besoin, la matière est lumière, elle traverse… le cordon, c’est la matrice qui en a besoin pour s’accrocher et aussi posséder, le temps de faire des nœuds et des nœuds et les dépasser. »

Alors que mon corps brûlait, c’est la chute thermique qui se fait sentir, c’est l’hiver ici, la mort est ici, dans le monde physique coupé du divin, de l’invisible. La mort n’est que cette séparation des mondes visibles et invisibles.

Vous venez me rappeler. Enfin vous faites quelque chose, pour que je « Re-vienne ». 

« Il a fallu résumer beaucoup… et conclure un jour…. »

« Il faut leur dire cette porte… qui s’ouvre… et que ce monde est parmi nous… maintenant. »

Hissez les voiles !!

Protéger et sauver la terre c’est aussi protéger et sauver l’humain, sinon c’est elle qui se fera sentir. Retrouver ses qualités de partage – de communion – de solidarité pour la sauver ainsi que « l’hum-Un ».

Tout est possible maintenant avec la conscience. Nous avons le choix d’évoluer avec la Terre, pas sans elle. 

À la suite de ce voyage en mars, l’évolution n’a pas cessé. Il a fallu comprendre que le tunnel laissait les âmes dans un travail nécessaire pour dépasser nos limites génétiques, nos attachements, le bas astral, les reproductions… pour enfin revenir vers le canal de lumière qui est vraiment le début de la libération des âmes. Sortir du tunnel en conscience sera le but du stage de cette fin de juillet au 4 août.

En attendant ces beaux voyages.

Myriam 

Les réservations sont closes pour cet événement.