Stages week-end

Les plus petites parties de nous-mêmes que nous éveillons sont un hologramme du Corps de notre Mère-la-Terre. Par le retour à l’origine au cœur de l’infiniment petit, de la cellule à l’« at-home », par la mise en place de nouvelles structures (géométrie et danse sacrée) et « référents-ciels », nous allons recevoir et diffuser de nouveaux programmes à travers le canevas alchimique de l’Univers pour guérir notre corps et celui la Terre en conséquence.

  • Mise en conscience et nettoyage de l’inconscient individuel et collectif,
  • Travail sur nos mémoires et celles de la Terre pour une nouvelle naissance et retrouver les fondements et origines de nos univers et dimensions cachées,
  • Alchimie cellulaire et atomique pour traverser les différents mondes vibratoires, énergétiques et matériels en conscience,
  • Retrouvailles de nos qualités d’Êtres et d’Âmes dans notre matière physique pour le retour à l’Unité d’origine,
  • Remise en accord avec l’Axe de la Terre,
  • Réveil dans nos cellules et nos atomes du Feu central de la Terre,
  • Danse trans-chamanique, danse sacrée et danse-thérapie pour re-découvrir le mouvement conscient relié entre Ciel et Terre,
  • Diffusion de nouveaux programmes par les trames.

Les thèmes abordés varient en fonction de l’énergie du moment et des informations reçues.

Témoignages

  1. Myriam bonjour,

    Voici par écrit mon vécu. C’est tellement nouveau pour moi de me réveiller avec les pieds qui pétillent et en réalisant que cette rapidité fulgurante (qui me fait penser à la vitesse de la lumière) imprègne tout mon corps et me rend bien plus présente à moi-même. C’est comme un sceau qui me rappelle constamment cette autre dimension que je ne devrais jamais oublier.
    Au moment où j’écris, cette vie, cette joie est réactivée dans les cellules sous la peau (du visage, des jambes, des bras, des pieds…)
    Une semaine après, c’est toujours là, alors, c’est gagné.
    Comment as-tu fait ?
    En tout cas, merci.

  2. TÉLOMÈRES

    Ensemble dans la forme nous nous relions aux télomères avec les lettres hébraïques.

    Depuis que l’on travaille sur les télomères, je me sens plus en relation avec le monde végétal.

    Voyage :
    Mon corps sait qu’il est difficile de retoucher la beauté du dernier voyage, aussi je m’allonge, peu convaincue. Je suis les couleurs et ne voyant rien venir, j’appelle la main tendue qui la dernière fois m’a fait entrer dans la lumière, j’appelle.
    « Parlez-moi d’amour, parlez-moi d’amour… », la volonté cède, mon corps se relâche, je dois me surprendre mais comment me surprendre ???
    Comment cela est venu ? Je me suis sentie investie, traversée par des milliers de fils lumineux et mon corps n’était plus qu’une porte où des familles d’âmes qui me traversaient. J’étais aux anges, investie d’une grande joie. Ce moment fut fugace et néanmoins vécu.

    La nature me manque tellement en appartement… son amour me manque, sans elle je me sens en déprime, alors nous allons marcher…

  3. TÉLOMÈRES

    Myriam,

    Les télomères se déroulent comme un fil qui sort des cellules et ça se répand dans tout le corps qui s’anime, vit. Une densité et une unification se font. En continuant, des terres remontent, des terres oubliées. Avec les moxas, c’est comme des télomères qui se prolongent tout en haut et en bas et je sens les amygdales qui se rétrécissent.

    Le cerveau réagit. L’énergie vient, il veut s’élargir.

    Quand vous prononcez les lettres, les télomères les épousent et les rassemblent.

    La deuxième fois avec les lettres, c’est impressionnant car je suis à la fois dans la salle de la Cité ou assise dans le sable et dans une forêt. Les télomères permettent donc d’aller dans plusieurs dimensions à la fois.

    La troisième fois, les télomères se développent, viennent plus vite. Avec le MO, c’est une accélération et une ouverture d’espaces. Pour le SHIN, la coupe vient avec les germes. Le YOD est très fort et part vers l’origine. Le HÉ rentre très profondément jusque dans les microparticules. Le TSADDE finale, c’est toute la splendeur de la descente dans la matière qui dégage les organes, la tête est aérée.

    Lorsque vous parlez des micro-particules, je sens un rapatriement très fin qui donne une joie dans le corps qui devient plus dense et plus complet.

    Quelle magicienne vous êtes !

  4. MOXAS – NETTOYAGE

    Quand je fais les moxas, je sens que la folie entre et entraîne la violence par le tronc cérébral.

    Au cours des exercices du cou (tête inclinée, menton sur la poitrine puis tête renversée en arrière), ça s’ouvre et l’énergie descend jusqu’en bas.

    Les télomères forment une sorte de mycélium, un réseau dense en connexion avec tous les niveaux.

    Quand nous nous plaçons en « bobine », il y a une très grande concentration dans le corps, un mouvement lent. Les cellules fusionnent dans une sensation très physique, comme si la matière se densifiait fortement pour ne plus former qu’un point.

    Avec la lettre HA OT, je sens dans le ventre une boule de feu qui se met à tourner tout doucement pour former un univers. Ça tourne lentement et je sens des points de fusion intense. En plaçant la lettre dans la pinéale, celle-ci se met à tourner aussi, faisant naître une grande énergie dans la tête. Le cerveau disparaît. Il ne reste alors qu’un centre d’énergie et de vibration.
    Ventre et pinéale sont reliés par un faisceau de lumière cristalline. Cela descend dans tout le corps jusque dans les os. Le corps est dense et vibre.

    DANSE SACRÉE

    La danse apporte une profondeur avec des mouvements lents puis des accélérations. J’ai la sensation de me retrouver à l’instant de la création de l’univers.

    Merci infiniment.

    « Quand il n’y aura plus d’ombre entre nous,
    Alors je pourrai me taire,
    Ma main traversera ton corps
    Pour toucher sa lumière,
    Et ne faire qu’une seule chair,
    Alors il n’y aura plus d’enfer,
    Seulement l’Amour de Nous,
    Lien entre Ciel et Terre. »

    Retrouver la poésie, c’est guérir un peu, non ?

  5. DANSE SACRÉE

    Nous sommes en trame pour la danse sacrée dans les quatre directions.

    Au départ, je suis bien plantée dans la verticale, les pieds ouverts vers la Terre, au sol. Alors monte du sol une autre densité qui me prend les jambes, les cuisses ; c’est plus profond que du physique ! Et ça monte encore dans le bassin… alors immédiatement ma tête est touchée, une vibration rapide, en mouvement, nettoie l’intérieur de ma boîte crânienne.
    C’est difficile à supporter, j’ai des sueurs froides, je perds mes repères et suis au bord du malaise.

    Merci pour cette expérience intense.

  6. LES PARTICULES DE LUMIÈRE

    Tu nous ouvres les yeux devant les dangers potentiels de certaines expériences scientifiques dites « humaines »… nous en sommes « babas » comme si notre corps « buggait ».
    Puis tu nous parles de ton vécu : en avion ton corps devient parcelles de terre, puis un immense corps dans l’univers.
    Et là nos cellules entendent… nous partons dans un vide sans fond, nous sommes en état de choc.
    Puis nous revenons aux télomères qui te disent : « parlez-moi d’amour ». Mon corps vibre et s’éveille à l’appel.
    Tu rappelles les particules de lumière. Tout mon dos est traversé par de fins petits points. La présence se fait sentir, mon dos vibre de haut en bas et au fil du temps j’ai un dos qui brûle…
    Merci

  7. INITIATION ET VOYAGE DANS LES CITÉS

    Tu nous emportes dans une mémoire d’Amérique du Sud où les initiations étaient terribles. Il fallait traverser la mort pour renaître encore, tu te souviens de ces passages… tu parles et mon corps se souvient…

    Une partie de moi est restée en rage dans un tombeau d’où je me réveille droguée… la colère m’envahit, je vois la pierre sur moi et je la griffe, je hurle…

    On s’allonge pour un voyage… On compte pour s’élever dans une pyramide de cristal au 8 couleurs.

    Je décide de me libérer de cette mémoire qui colle à l’âme et retourne dans le tombeau.

    Au lieu de chercher extérieurement de l’aide, à chaque couleur de la pyramide je m’intériorise, mon souffle s’apaise, je descends peu à peu dans la profondeur de cette mémoire dans les cellules, j’accepte cette mort et je suis en paix. Couleur blanche, je me retrouve en haut d’une pyramide et descends des marches, trop hautes. Ainsi, je descends de côté.

    Une main bienveillante se tend vers moi et m’invite à entrer dans une zone de lumière très intense qui inonde mes cellules d’une beauté si vaste si grandiose que mon corps a du mal à l’accepter. Je dois ouvrir mes cellules à cette beauté… difficile d’en parler, elle est si loin de notre monde, une pure merveille !

    Je comprends maintenant l’essence de ta mission. Nous préparer à ouvrir nos cellules à cet état. Je te sens, te vois sans te voir : tu es là dans cette cité !

    Je sens que le travail de la veille sur le « naos » m’aide à me relier à ma propre divinité pour accepter la grandeur de cette merveille. Mon corps s’ouvre, s’ouvre, j’accepte, j’accepte…

    Puis un autre pas et je me retrouve traversée par une puissance d’amour. Une puissance si forte, si nouvelle, si inattendue, si, si, si… mon corps physique a du mal à accepter cette grandeur si loin de mon état de matière. Tout mon corps, mes cellules sont envahis de cette grandeur, cette pureté d’amour. Mon Dieu… elle m’emporte dans une spirale galactique qui s’enroule vers un centre plus en profondeur. Tu me demandes de voir, j’essaie de voir… mais une voix me dit : « ton regard n’est pas assez pur pour voir ». Je ne suis plus rien, mon corps se fond dans cet amour, je sens très fort ta présence que je reconnais. On revient.

    Je n’ai aucune envie de revenir, consciente de mon inconscience quotidienne, je demande de revenir avec un sceau afin de me souvenir de cette grandeur perdue dans notre monde, me rappeler, me pardonner. On revient et mon corps pleure.

    La nuit qui suit j’ai des ailes en papier qui sont en feu, je descends… descends, traverse un cercle de feu, je sais que je vais périr mais j’y vais, sereine.
    Mon corps sait que côtoyer le soleil brûle les ailes et dans cette vie à tes côtés, je sais que trop près de toi je ne peux plus te voir mais je suis confrontée à mon propre reflet…

  8. TRAVAIL AVEC LES MOXAS

    On fume souvent avec A.… des moxas ! On nettoie plexus, nombril, hara, pubis et sacrum.

    Hier, exceptionnellement, on approche de la porte de l’Être. Je vois des barreaux, des barreaux de prison, une émotion me vient de très loin.

    Je parle de ce vécu à I.… l’image du dos de cette femme dessinée pour le livre de Pierre-Jean « Le goût de la vie », une femme avec des barreaux dans le dos ! Incroyable ! L’émotion me revient plus intense, plus présente. Je suis en prison et je dois dire que c’est sécurisant. Derrière ces barreaux je suis prisonnière mais en sécurité. Sortir de la prison est très insécurisant, je dois apprendre à faire confiance, me faire confiance.

    Puis je me retrouve de nouveau dans le tombeau, je m’affole, je panique, ma respiration m’étouffe… I. me rassure, je traverse cet état. Je touche la folie de cet enfermement. Ma tête va exploser, d’instinct je ferme plutôt que d’ouvrir, j’en prends conscience et peu à peu j’entrouvre.

    Je passe… je me retrouve en train de naître, de retraverser ma naissance physique, je perds mon souffle… masque à oxygène. I. vient spontanément me masser la tête, ma tête, que je sens comme un bébé, souple et ouverte.

    Tout mon corps est chamboulé, retourné, mes cellules vibrent physiquement. Je renais. Un grand merci.

  9. Myriam,

    Dans la bobine : appel des ancêtres. Une puissance monte qui vient de loin, des racines brillantes, cristallines, scintillantes. Elles montent par le sacrum, dans la colonne vertébrale. C’est très fort, beau, puis tous les ancêtres se réunissent au cœur de la Terre en un plexus extraordinaire et remontent à la surface.

    …Dans la cellule, c’est superbe, elle se déploie en particules qui se meuvent et font des géométries. C’est très vivant, ça va jusqu’à l’origine et ça revient. C’est libre !!

    …Quand l’être de lumière descend dans les corps, une pluie fine de lumière traverse chaque corps qui remplit le précédent et retrouve en même temps sa beauté et sa pureté. À la fin c’est calme, paisible. C’est une évidence…

    Merci de nous montrer la grâce, la beauté, l’amour et de nous y inviter.

  10. Bonjour Myriam,

    Plusieurs fois j’avais retouché une mémoire de cathare qui meurt sur un bûcher. À chaque fois tu m’as aidé, remise dans une autre énergie mais… je ne devais pas être prête encore.

    À ce stage tu m’a permis de revenir avec l’énergie dans cette mémoire de cathare. Tu m’as accompagnée sur le bûcher, nettoyée et fait revenir une autre énergie.

    Ce qui est fou c’est que quelques minutes après j’étais dans une sorte d’amnésie. Je ne me souvenais de rien, même pas que tu avais travaillé sur moi.

    Il m’a fallu un énorme effort. En ouvrant les yeux j’ai fini par reconstituer ce qui venait de se passer. Je me sentais bloquée, étouffée (c’était la fumée !). Là j’ai pu exprimer mon ressenti. Bien sûr ! M’as-tu répondu, ton âme est partie avant que ton corps meurt. Tu es revenue m’aider et là en utilisant l’espace temps tu m’as raccompagnée : j’étais dans la prison avant « l’exécution », c’était « réel ».
    Quelqu’un est venu et m’a dit : « vous êtes libres ! »
    Alors je suis partie, je sentais ton aide, ta présence, j’étais libre. Je quittai ce fardeau impossible à gérer, tellement lourd.

    Je me suis sentie « dans mon corps » pour la première fois de ma vie.

    Quelques jours plus tard alors que tu parlais, je sentais ma mâchoire du bas devenir comme transparente, ça circulait. Un carcan disparaissait pour laisser la place à quelque chose de totalement nouveau.

    Aujourd’hui j’ai l’impression d’être descendu « d’un étage ».
    Mon corps doit être habité autrement, c’est nouveau, pas évident, surprenant.

    Merci à toi pour ce cadeau.

  11. Après la danse sacrée, la magie s’est opérée, l’arbre des Sephiroth s’est révélé dans le corps, une merveille !

    J’étais infiltrée d’une conscience particulière très structurée qui reliait toute la structure osseuse et qui faisait un lien entre ciel et terre. La colonne était infiltrée par de fins filaments de lumière dans le sol et la tête était auréolée de ces filaments qui partaient dans l’univers, j’étais un arbre de lumière.

    Je ne peux que me rappeler, la mémoire « du vivant », mon corps sait et tout ceci est un Miss terre !

    Un travail invisible s’est fait au plus profond de la structure de l’Homme, je n’y comprends rien mais cela se fait.

  12. Myriam,

    Je suis très touchée par ce qui pénètre mon corps. Je vois un Vaisseau descendre sur la Terre et prendre corps à travers les cellules que nous sommes. La matière qui se dégage de ce vaisseau est aussi vibratoire que physique. Ce vaisseau constitué d’une substance blanche, laiteuse, dense mais qui se laisse traverser sans opposer de résistance. C’est l’opposé d’une matière fermée et dure. Puis un peuple dÊtre de lumière se tient debout qui se donnent la main.

    Je suis très touchée par ce voyage que tu nous permets de vivre car il répond au plus profond à mon rêve d’enfant où tous les hommes sont frères sur la Terre.

    Ce jour de Pentecôte, je comprends que la seule solution pour vivre en paix sur terre est de retrouver son corps de gloire, de lumière. Ce jour-là j’ai senti la flamme et la colonne de lumière blanche. J’ai parfois la sensation de passer d’un monde à un autre à une vitesse incroyable comme si je vivais plusieurs vies à la fois dans différents champs vibratoires en même temps.

    Vécu des interlignes.

    Durant l’exercice, lorsque nous étions ensemble en mouvement, la pinéale (ou le cerveau central) se met en mouvement sur elle-même. Elle tourne et permet la connexion avec d’autres univers. Par l’activation de la pinéale les univers traversent le corps jusqu’aux talons. Je me suis sentie comme récepteur – transmetteur entre les univers et la terre.

    Dans l’alignement, à l’intérieur des microlignes, ce mouvement me fait voyager dans l’infini, le sans limite, un autre espace où le temps et l’espace se fondent, l’état de l’éternel présent.

    Vécu sur le voyage dans les cités.

    Durant le travail de préparation, la dureté de la dure-mère se manifeste.

    À l’écoute des cellules, un changement d’état, de champ vibratoire se propage, l’état d’être des cités. L’état qui règne et remplit la Cité. Tout le corps est rempli d’une joie profonde, irradiante et plénifiante. Puis vient vers moi, un être en particulier, pour me partager ce qu’il est, un corps d’Unité totale où il n’y a pas de séparation dans le cerveau, ni haut ni bas, ni intérieur ni extérieur. Tout baigne dans un état vibratoire d’une grande beauté et liberté. Ils œuvrent ensemble, sont solidaires, pas séparé, dans un seul grand corps. J’ai l’impression que mes jambes, mes pieds et mes talons ont doublé de volume et de force. C’est si physique que mon corps semble en cours de transformation. Puis tu nous demandes de revenir. Je n’ai vraiment aucune envie de les quitter…

    Merci

  13. Témoignages sur l’ADN

    Myriam nous propose de travailler sur notre ADN, notamment pour « détordre » l’ADN tronqué, qui n’est plus dans le sens des lois et les principes de l’univers. Nous sommes en cercle. Nous nous mettons à l’écoute cellulaire et atomique de l’ADN du voisin. Je ressens une vrille qui semble sortir des cellules de M. (Mon voisin de travail dans le cercle), puis je vois comme deux brins qui se « dévrillent » à l’intérieur de son corps et qui viennent vers le mien. Une énergie sort de ce mouvement. Je perçois l’intérieur de mon propre corps, ce mouvement ainsi qu’une transformation intérieure de ses deux brins. Ce sont comme des petites plaquettes qui changent de consistance, d’énergie ; je m’aperçois que nous sommes tous ensemble dans un même corps d’unité et que le travail que je faisais sur M. je le faisais dans mon propre corps. 

    À partir de ce moment-là je vis les choses à l’intérieur de mon corps et non plus à partir de celui de M. Le mouvement se continue à l’intérieur de mon corps et je perçois comme des plaquettes (les codons ?) qui reçoivent de la lumière, des informations, des codes qui modifient améliorent les perceptions physiques et la connexion des cellules avec tout mon environnement. La lumière entre de plus en plus à l’intérieur des cellules. À ce moment-là l’émotionnel est touché profondément. Je reconnais cette perception, il s’agit de la mémoire ancienne qui est à l’intérieur du corps. Les larmes coulent, une lumière intense envahit tout le corps. Un silence profond et incarné s’installe dans le physique. C’est un mariage entre l’Être de lumière et la matière au sein même de mon corps. J’ai ressenti ce « retournement » à la fois dans la conscience et dans le plan physique.

  14. Bonjour Myriam,

    Je voulais te dire merci de m’avoir « touché » au stage. Dans les jours qui ont suivi c’est comme si une écorce d’arbre se détachait de moi, un autre « tableau » de « soi » apparaissait, des écrasements, des pleurs, des coups se révélaient en même temps une autre conscience m’éclairait, me libérait.

  15. Myriam,

    La danse me fait du bien, elle va chercher et faire travailler des zones peu habitées en moi, ancre la colonne, met en vie.

    Lors du travail d’alchimie sur le tronc cérébral, j’éprouve la sensation d’un poulpe avec ses tentacules qui se retirent pour se cacher au fond d’une grotte dans la mer. Ce poulpe sort et rentre, limite la respiration et durcit la nuque et la base du crâne.

    Durant la cheminée j’éprouve de l’agitation au niveau du tronc cérébral et puis une onde galactique vient des profondeurs de la terre, remonte dans le sacrum, la colonne vertébrale, se répand dans le sang. Le sacrum « s’allume ». Au début, ça grésille comme une vieille ampoule qui n’a plus fonctionné depuis longtemps puis elle émet une lumière extraordinaire. En même temps le tronc cérébral s’illumine aussi. Puis le passage dans la kundalini ouvre tout pour laisser passer des étoiles dans la Terre. C’est superbe !

    Après, je suis assommée comme si l’inconscient voulait reprendre le dessus.