Nouvelle Naissance – Sortir de la mort

Par une nouvelle reconfiguration vibratoire et consciente, récupérée au cœur du grand livre de l’Univers (ou retour dans les annales du temps), nous nous réaccordons avec notre Créateur.

À travers la cellule-Mère et ses trésors cachés, nous pouvons mieux traverser les limites génétiques de reproduction, donc de l’inconscient et du subconscient afin de retrouver nos richesses éternelles d’Êtres et d’Âmes.

Cette avancée se fera à travers des voyages dans différents espaces-temps, ramenant ces mémoires dans nos cellules, de l’embryon au fœtus, jusqu’à la libération.

Nous permettons une transformation magique pour le futur au cœur du ventre de notre Mère-la-Terre. Le berceau de la cellule, c’est l’Univers. Notre système atomique se relie de nouveau au système solaire.

Nous découvrons les nouvelles possibilités de notre éveil actuel, personnel, global et collectif.

 

« Ce que l’on fait dans notre corps,
nous le faisons dans celui de notre Mère-la-Terre »

Différents moyens seront utilisés :

  • Les voyages cellulaires,
  • L’alchimie (sur différentes parties du/des corps),
  • La danse sacrée essentielle pour changer nos anciens codes mentaux, permettant à d’autres niveaux d’intelligences de nous intégrer,
  • Travail chamanique avec la Terre,
  • Influence de la relation sexuelle des parents lors de leur rencontre pour transformer ce qui doit l’être,
  • Embryologie et greffe solaire,
  • Prendre conscience des structures cellulaires et matrices anciennes,
  • Accueil de l’Être à 3 mois dans le fœtus,
  • Travail unique : délivrance et récupération des matrices intemporelles (« bagages » de l’Être),

Ayant accompli cette deuxième naissance, d’autres mises en forme nous attend, en accord avec les nouveaux pactes d’Alliances qui se tissent avec notre Père-Mère et notre vraie famille de Lumière.

Témoignages

  1. Lors de la préparation, c’est-à-dire lorsque tu guides pour ouvrir l’écoute cellulaire, je sens un corps cristallin, vibrant et pénétrant. Je me trouve dans un grand corps, vaisseau pulsant, doux, maternel, vibrant et cela me pénètre. Je me fonds dedans. L’accès à la mémoire et la présence du fœtus à l’intérieur du ventre maternel se fait ainsi.

    Aujourd’hui nous préparons la sortie. Comme elle commentera ensuite « menée tambour battant comme pour nous prendre par surprise, ne pas laisser de temps à la vieille matrice de résister et s’accrocher ». C’est effectivement ce qui se passe : une envie, un entrain pour accoucher. La sortie se passe sans encombre, d’abord la tête, les épaules, le bassin – temps pour attendre la descente du placenta. Ça se fait facilement puis vient l’accueil des matrices intemporelles. Je vis une chose complètement nouvelle avec une descente de lumière par le sommet du crâne et cela m’ouvre, m’éclaire, me « flash » le troisième œil, la glande pinéale. À l’intérieur de la glande pinéale je vois la lettre Shin. De nouveau cette lettre… je l’avais reçu dans tout le dos lors d’un travail avec les trames au milieu de la « forme ».

    La sensation physique de lumière à l’intérieur du crâne est très forte. Cela soulève mes membranes, unifie les deux hémisphères cérébraux. Je me sens devant une immense force de lumière, ou « source » et je suis en adoration. Cela m’ébranle beaucoup. Lorsqu’il s’agit de contacter la partie la plus intime, sacrée, lumineuse, intemporelle de soi-même, je ne suis pas seule, je ne vois pas « Soi » seulement mais c’est un état profond, ma réalité qui adore une force. Est-ce le seigneur d’Israël ? Amuna Khur ? Melkisedek ? Dieu ? Je me sens être parce que je suis au service, aimante, dans l’adoration de ceci. C’est quelque chose de très intime et délicat à écrire.

  2. Myriam,

    Merci de m’avoir reconnecté à mon Origine solaire.

    Mon cœur chante déjà la nouvelle Terre et mes atomes allument la Flamme d’éternité.

    Dans la joie de l’Être.

  3. Durant la greffe solaire, les mains de lumières transforment des rayons du soleil en deux brins d’ADN. Cela aide beaucoup à descendre dans la matière.

    L’amibe est toute lumineuse comme une luciole. Arrivée au stade du poisson, celui-ci se retrouve dans un banc de poissons. Ils brillent d’argent et d’or dans un mouvement d’ensemble.

    Au stade du reptilien, un gros crocodile se manifeste, menaçant. C’est dur. Grâce à la greffe, il se transforme en tout petit lézard.

    Quand les bras poussent, je sens une densité jusque dans les os !

    L’alchimie du cerveau central éveille des géométries de lumière qui se déploient et qui descendent dans le corps, jusqu’à donner un dessin particulier à l’os.

    Durant l’accueil de l’Être de lumière, tout d’abord le cordon est filandreux, il ne pulse pas bien. Quand le nombril est ouvert et que l’Être de lumière arrive, le cordon se lisse en une fois. Je sens la pénétration par la fontanelle et descendre dans le crâne, la colonne vertébrale, le bassin, la cage thoracique et tout le squelette. Le ventre se remplit de Lumière par le nombril.

    Des milliers de fils de lumière montent et descendent, se croisent, se fondent en une géométrie incroyable pour ne plus former qu’un corps lumineux.

    Le lendemain, quand nous commençons à marcher pour écouter la nature, j’ai le ventre qui s’anime et vibre. Je sens très physiquement dans le ventre l’arbre sous lequel nous nous arrêtons. Il m’accueille et je l’accueille, mon ventre est l’arbre. Il vibre avec la terre. C’est extraordinaire, je n’ai jamais senti cela et de façon aussi physique !

    Durant l’alchimie sur l’ombilic, pour ramener la mémoire de l’Être de lumière dans la matière et permettre la « séparation des matrices anciennes », je sens une douleur, comme un déchirement quand on décolle les matrices intemporelles. Puis c’est une vastitude de Lumière qui se manifeste dans un silence global.

    Quand vous travaillez sur le placenta transparent, celui-ci apparaît rempli d’alvéoles transparentes qui contiennent au centre des mémoires. À l’intérieur de mon ombilic des géométries s’activent dans le ventre et les membranes de la tête. C’est merveilleux.

    Merci à vous, sans qui je ne sentirais rien.