La Grande Faille ou la Date Anniversaire

Voyage dans les cellules :

Plus nous découvrons la relation entre notre corps et la planète, plus nous revenons vers les Lois de l’Univers. C’est pourquoi le cri de la « Grande Faille » se fait de plus en plus sentir à l’intérieur de nous.

Durant une exploration, des Indiens m’appellent et me supplient d’aider la Terre. Ils me demandent de panser les blessures de la Grande Faille. Comment découvrir ce lieu aussi présent dans notre corps, afin de « cautériser » cette lésion ? J’entends : « En faisant des points de suture et des Trames supra-luminiques. »
Le voyage continue...
Je descends dans un lieu sous la Terre et sous la mer, où se produisent de grands tremblements et des secousses. Un gouffre béant, une fracture immense apparaissent : la faille d’un continent perdu. L’exploration se poursuit afin de retourner à l’origine de ce traumatisme.
En Atlantide, nous avons été « éclatés » dans plusieurs espaces-temps après un énorme cataclysme, suite à l’erreur d’utilisation de l’énergie cosmique.

Tout se brise... les morceaux de la Terre sont séparés, coupés et déplacés. Plusieurs parties sont des fragments éclatés de la Terre Sacrée à la dérive. L’un se trouve en Méditerranée à Santorin, un autre à Hawaï, d’autres ailleurs... Un véritable big-bang a engendré cette grande faille. Un trou énorme renfermant une force blanche étrange m’aspire dans le fond.
Les atomes et les particules élémentaires sont totalement désorganisés par rapport à l’Ordre Cosmique. Il n’y a plus aucune cohésion ! La tête est dissociée et le ventre vit un arrachement. Les tissus sont très distendus.

Un « blanc » ou une amnésie et un long silence vibratoire semblent durer une éternité...

Ioméa - Les Chevaliers
Italy – Ioméa – Les Chevaliers

 

Le corps de l’homme apparaît semblable à une coquille à moitié vide, non refermée, avec des manques immenses dans ses différents corps. La Lumière se fait rare dans ces couches béantes. Sans doute est-ce pour cela que les parasites (Klipot en hébreu) se sont engouffrés dans ces « trous » car la nature a horreur du vide. L’œuf aurique de l’humain est amoindri : il a perdu sa globalité. Nous apparaissons comme des errants et survivants – non des vivants – d’une énorme catastrophe.

La Terre et nous-mêmes sommes amputés de quelque chose d’essentiel, écrasés sous la roche, séparés de nos Amis et de notre totalité, c’est-à-dire de ces parties de nous-mêmes vivant dans d’autres dimensions ou d’autres couloirs temporels. L’homme est coupé de l’Alliance, des mondes de Lumière d’en haut et des Puissances du dessous.

Le voyage se poursuit... La conscience est attirée et aspirée par ce trou noir. Je me sens « être le corps de la Terre » et deviens cette blessure. Elle est en nous !

À présent, le sacrum de l’humain semble totalement dévié. Des parties dans le bas de la colonne vertébrale sont déplacées, fêlées ou durcies, sclérosées et sédimentées, perdues dans l’inconscient abyssal. De nombreux morceaux de terre sont « à la dérive », éparpillés et désolidarisés, d’autres se sont endormis dans la glaciation qui s’ensuivit.
La grande faille se retrouve à la jonction du sacrum et des premières vertèbres lombaires. Les kinésithérapeutes, ostéopathes et autres thérapeutes ont qualifié de « mal de fin de siècle », l’hernie (« ère-nie ») discale, que l’on comprendra mieux désormais. En vérité, l’homme ne marche plus sur la Terre. Il est porté et supporté par elle.
Un grand désarroi de cette déviation ancienne revient alors au grand jour : l’homme actuel me semble brusquement un errant paraplégique amputé de son bassin et de sa Terre sacrée. Il en a été radié et banni de sa Terre d’Unité sacrée. Nous sommes « les paralysés de la Terre », les survivants d’une apocalypse et nous pouvons reproduire cette « mémoire anniversaire » si nous ne changeons pas d’urgence notre façon d’agir.

L’Homme marche désormais à la force du mental. Ce dernier l’utilise mieux et le rend plus facilement manipulable, en faisant de lui « un robot ». Le corps d’un grand nombre d’anciens Atlantes et de dirigeants de nos sociétés actuelles est ainsi : une tête et un mental coupés du bassin sont le propre de cette blessure.

Voici le résultat des erreurs scientifiques faites sur l’homme et sur la Terre à cette époque. Quant à ces mémoires, elles se sont cristallisées à différents niveaux qu’il nous faut défaire. C’est pourquoi nous sommes aujourd’hui des nations en guerre car les continents, ces morceaux de nous-mêmes, sont éclatés et éparpillés. Tant d’eau nous sépare de cette Terre oubliée, tant d’inconscience nous submerge !
Bientôt, ces continents ressurgiront...
Je comprends alors l’importance de rassembler ces fragments éparpillés de la Terre, pour retrouver la paix. Nous avons perdu le souvenir positif de ces mémoires reliées aux Lois de l’Univers...

Des douleurs se font alors brusquement sentir dans le bulbe, la nuque et le ventre. Il y a un wiplash (séquelle des chocs engrammés) depuis des milliers d’années. La Terre n’en peut plus de nous porter sans être respectée. Durant des heures, le corps subit un choc aussi violent qu’une électrocution.

Ioméa - Sanios
Italie – Ioméa – Le Sanios

 

Le véritable défi actuel n’est-il pas de se remettre au service de l’évolution en accord avec les Lois universelles ? Aujourd’hui, nous émergeons de cette faille et de cette mémoire négative : la Terre s’éveille, notre corps aussi !

Puis un cercle d’Indiens qui méditent et qui protègent la Terre viennent me chercher :

En moi, le Soleil se réveille,
En Soi, le cœur des Indiens gronde,
En Soi, le cœur de la Terre hurle,
Et enfin Sa voix va se faire entendre
Car trop longtemps oubliée !
Ressurgie des flots,
Une mémoire sans nom a culbuté
L’espace-temps pour se révéler !